Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout sauf un homme - Isaac Asimov et Robert Silverberg

par Benissa

publié dans LECTURE

Livre-copie-1.jpg
C'est à partir d'une nouvelle d'Isaac Asimov (L'Homme bicentenaire) que celui-ci et Robert Silverberg développent l'idée de base pour co-écrire une version qui soit un roman à part entière.
L'histoire développe une idée classique de la science-fiction: la conscience du robot.
Dans le roman, NDR-113 est un robot serviteur comme en possède chaque famille dans la société futuriste imaginée par les auteurs. Certaines en ont plusieurs, qui vaquent aux occupations de la maison, ménage, jardinage, surveillance des enfants, secrétariat etc... 
Or, la petite fille du couple chez auquel NDR-113 appartient se prend d'affection pour ce robot et décide de lui donner un prénom, Andrew, dont la consonance ressemble aux 3 lettres NDR du numéro de série du robot.
Tout se passe bien jusqu'au jour où l'on s'aperçoit qu'Andrew possède des dons artistiques extraordinaires: il réalise des sculptures sur bois de toute beauté. Andrew est doté d'une fibre artistique qui le rend aussi humain que les humains.... sauf qu'il n'est pas humain et qu'il n'a pas d'existence propre selon la loi.
La petite fille grandit, et avec sa famille, elle voudrait que leur robot se voit attribuer les mêmes droits que les humains. Andrew gagne beaucoup d'argent avec ses oeuvres d'art, il doit avoir un compte en banque, pouvoir disposer de son argent, vivre comme il lui plaît.
C'est le début d'un long cheminement du robot qui avec l'aide de sa "famille d'accueil" va entreprendre toutes les démarches juridiques possibles et imaginables pour acquérir les même droits que les humains.
Il y arrivera, mais, fondamentalement, il reste un robot, immortel car toujours réactualisé et modernisé: il verra plusieurs générations de la même famille et restera tout, sauf un homme.
Le thème du roman permet de traiter différents problèmes fondamentaux: la différence, l'exclusion, la bêtise humaine, le racisme, les préjugés.
C'est le premier livre que je lis dans le genre et j'ai trouvé l'histoire touchante, de ce robot qui éprouve des sentiments humains tout en étant n'étant pas considéré comme tel.
Commenter cet article

capt everton 06/03/2014 09:04

Asimov et Sylveberg voilà une collaboration réussie, j"ai eu le plaisir de lire deux autres chef d'oeuvres de ce duo mythique, "l'enfant du temps" qui relate les aventures d'un enfant néandhertal projetté dans un futur proche. On y apprend plein de choses sur notre espèce homo-sapienne et son développement cognitif. Pour ma part je suis passioné d'art pariétal, j'espère que tes pérignations te méneront un jour en dordogne. L'autre livre du même duo est "le retour des ténèbres" qui ressemble plus à "la nuit de la lumière" de farmer, en ce sens qu'en une nuit le chaos total va s'installer dans une société.
Je suis ésolé de ne pas avoir lu "tout sauf un homme" mais cela viendra surement au fil de mes lectures.
En tout cas ton blog est superbe j'espère que mes yeux et mes doigts m'y reconduiront bientôt

http://sfsarthe.blog.free.fr

mediadisc 21/05/2011 03:45



Deux grands noms de la science fiction! J'ai lu la série des Robots écrit par Asimov mais, je ne connaissais pas cette collaboration avec Silverberg! Merci!



apsara 20/05/2011 17:27



Si le robot a des sentiments cela change tout pour moi!


viendra un jour où les hommes seront de véritables robots,dépourvus de sentiments!!l'inverse pourquoi pas???



eva 19/05/2011 22:16



J'ai beaucoup de mal à imaginer qu'un robot puisse être considéré comme un humain.. Il me semble que je ne pourrai pas "croire" à l'histoire... Mais il faut penser que si des lecteurs y sont
parvenus, c'est que le talent de l'auteur est réel ! Bonne soirée Benissa.



dalinele 19/05/2011 12:13



je suis curieuse de le lire pour me faire un avis... sa vie au début de ton compte-rendu me fait penser à celle de certains esclaves dans l'Antiquité, du moins come on a parfois relaté la
chose...