Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Place des cathédrales, Moscou (1)

par Benissa

publié dans VOYAGES

Lorsque l'on arrive sur la place des Cathédrales, à l'intérieur du Kremlin, on est d'emblée saisi d'amiration.

Quel que soit l'endroit où se porte le regard, les yeux se posent sur des merveilles d'architecture. Sur cette place ne sont  rassemblés que des chefs-d'oeuvre! Pas moins de 5 cathédrales, 2 églises, 2 palais, un grand clocher et un beffroi.

Sur la droite, un peu en retrait, la façade sud du Palais des Patriarches (N°12 sur le plan en fin de billet) et  la cathédrale des Douze Apôtres (N°6) à laquelle il est relié. Celle-ci présente des arcatures aveugles, surmontées de coupoles grises:

Sur la gauche, le clocher d'Ivan le Grand tout blanc, surmonté d'un bulbe doré culminant à 81 mètres et le Beffroi (N°19) bâtiment de 5 étages supportant un clocher-arcade dans lequel on distingue la cloche, surmonté lui aussi d'un bulbe doré:

Construit entre 1505 et 1508 par l'Italien Bono Friazine, le clocher a été surélévé un siècle plus tard, il servait aussi de tour de guet. Bâti sur un socle octogonal, il est allégé au fur et à mesure de sa hauteur par des baies d'arc ouvertes servant de carillons. Le diamètre diminue progressivement donnant une allure élancée à l'ensemble. Tout en haut, des kokochniks décoratifs masquent le passage du plan octogonal au plan circulaire qui supporte le bulbe.

Le beffroi est une reconstruction datant de 1815, oeuvre d'un autre architecte italien, Domenico Gilardi.

Juste en face, la cathédrale de la Dormition ou de l'Assomption: (N°3) la dormition de la Vierge correspond pour les orthodoxes à ce que les catholiques appellent Assomption

Du temps de l'Ancienne Russie, elle était le centre de la vie politique et spirituelle de l'empire. Les grands princes, les tsars s'y faisaient couronner, s'y mariaient ou y devenaient orthodoxes lorsqu'ils étaient d'origine étrangère. C'est le bolognais Aristote Fioravanti qui en est à l'origine. Il ne fallut que 4 ans pour édifier cette merveille.

D'une majesté un peu austère, la cathédrale est très harmonieuse, sa façade principale située du côté par lequel arrivaient tous les cortèges est somptueusement décorée d'arcatures abritant des fresques:

 

Une volée de marches conduit au portail constitué d'arcs en plein cintre décroissants, surmontés de peintures murales datant du 17°S. représentant des figures de saints et une Vierge à l'Enfant.

L'intérieur , pratiquement inchangé depuis la consécration du lieu, est époustouflant car les fresques recouvrent entièrement le moindre centimètre carré, du sol au plafond. Ces peintures murales  réalisées entre 1642 et 1644 représentent les conciles oecuméniques sur 2 murs et le Jugement Dernier sur un mur entier:

(Photo MOSCOU - éditions d'Art Amarant... photos interdites dans la cathédrale)

Les sépultures des métropolites et patriarches s'alignent le long des murs car la cathédrale fut le tombeau du haut clergé jusqu'en 1721. Cette cathédrale étant la plus importante de Russie, d'innombrables oeuvres d'art y furent accumulées par les princes, les tsars et le clergé, constituant un important trésor qui fut transmis dans les musées du Palais des Armures ou, pour les icônes,  à la galerie Trétiakov.

On peut y voir un oratoire en bois finement sculpté où trônait le tsar Ivan IV lorsqu'il assitait aux offices:

(Photo MOSCOU - éditions d'Art Amarant... photos interdites dans la cathédrale)

 

Cachée derrière, face au portail ouest de la cathédrale de la Dormition, s'élève l'église de la Déposition-de-la-Robe (N°8).

Elle était l'église personnelle des métropoltes et patriarches.  Elle date de 1484-1486. Malgré sa petite taille, elle recèle des fresques réalisées par des peintres d'icônes et une icônostase magnifique, mais les photos y étaient interdites:

Photos Benissa 15/05/2011

A suivre la place des cathédrales, Moscou (2) 

 

 

Commenter cet article

apsara 10/11/2011 14:03



je ne sais pourquoi mais ces coupoles bleues,dorées...ces peintures murales m'emportent dans des rêves merveilleux!



dalinele 05/11/2011 11:35



un espoir d'immortalité aussi?



dalinele 05/11/2011 07:55



on charche à laisser une trace... comme j'ai l'esprit mal tourné ce matin, , je vais dire qu' "on" cherche à
épater la postérité?



Benissa 05/11/2011 10:30



Je pense qu'il y a différentes raisons à ce comportement: envie de faire plus que le précédent ou que son voisin, envie de laisser son nom attaché à quelque chose de "grand", (on devient un peu
mégalo, en grimpant les échelons)... et puis, c'est pas leur argent, ils s'en fichent... c'est le NÔTRE!!!



eva 04/11/2011 23:03



Epoustouflant ! toutes ces cathédrales rassemblées en un seul lieu ! La photo des peintures murales que tu as prise probablement depuis une galerie haute est saisissante... Ce doit être
merveilleux en réalité... (et très impressionnant)



dalinele 03/11/2011 16:41



quel que soit le régime, il faut émerveiller le peuple? ou s'émerveiller soi-même? quoiqu'il en soit, j'imagine combien on doit être le souffle coupé à voir tous ces édifices ainsi regroupés. les
styles allient le "robuste" et des formes plus souples... ces dômes qui sont reconnus au premier regard...



Benissa 04/11/2011 20:32



Je ne sais pas QUI on cherche à épater... On cherche aussi beaucoup à laisser "une trace" et de nos jours encore, nos "monarques " font de même:


Pompidou avec Beaubourg, Giscard avec le Musée d'Orsay, Chirac avec le musée du Quai Branly, Miterrand avec la pyramide du Louvre, le ministère des finances à Bercy, l'Opéra Bastille, l'arche de
la défense, la Biblithèque F. Miterrand. A présent on nous parle du Grand Paris et chacun de nos maires veut sa médiathèque et sa salle des fêtes. 


C'est ainsi...