Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'homme que l'on prenait pour un autre.

par Benissa

publié dans LECTURE

M4557.jpg

  • Auteur : Joël EGLOFF
  • Editeur : Buchet-Chastel
  • Date de parution : janvier 2008

"Je est un autre"... disait Rimbaud.

C'est exactement ce que vit le personnage de ce roman au physique ordinaire "Deux yeux, un nez, une bouche, çà rappelle forcément toujours quelqu'un à quelqu'un..." qui, dans la rue, est souvent pris pour quelqu'un d'autre par les inconnus qu'il croise.

Personnage à la Tati,  il endosse tour à tour ces identités différentes et s'évade ainsi de la monotonie de sa propre vie.

Le livre est parfois franchement TRÈS drôle et parfois il nous trouble au plus profond par son humour noir, par l'absurdité et la fragilité de cet être auquel nous pouvons tous nous identifier.

La seule issue, s'échapper... " et puis courir encore jusqu'à la gare. Puis me perdre dans le flot des voyageurs. Et me laisser porter jusqu'au premier train en partance. Il y aurait sûrement quelqu'un pour m'attendre au bout du quai.

Je me suis remis à courir. J'ai disparu au coin de la rue. Ou peut-être était-ce un autre qui courait, je ne sais plus."

C'est sur ces phrases que s'achève ce roman. J'ai adoré, c'est le premier roman que je lisais de cet auteur.

 

 

 

 


Commenter cet article

dalinele 19/05/2010 17:31



je me souviens bien de ce film, qu'une certaine "dockson" nous avait proposé de regarder du temps d'orange...



Benissa 19/05/2010 19:08



Exact!



dalinele 19/05/2010 17:08



dans ta réponse précédente.. le film que mon film avait tourné...



Benissa 19/05/2010 17:24



Ha Ha MDR, un lapsus écrit!!! je n'avais pas vu. le personnage de mon fils s'appelait Jacques  (facile c'était le titre du film) mais pour le bouquin, je ne sais même plus le vrai nom du
personnage, il change si souvent, un vrai caméléon!



dalinele 18/05/2010 09:58



 un lapsus révélateur?  bonne journée! on a du soleil...pourvu qu'il reste un peu!



Benissa 19/05/2010 16:53



Excuse moi, je ne dois pas avoir mis les bonnes lunettes... il est où le lapsus? aide-moi!



dalinele 17/05/2010 23:04



hé bé!



Benissa 17/05/2010 23:11



j'ai vraiment bien aimé ce bouquin; çà m'a fait penser au film que mon film avait tourné. Son personnage se faisait toujours passer pour quelqu'un d'autre, volontairement. Tandis que dans ce
livre, le personnage est passif: on LE prend pour quelqu'un d'autre et lui, il joue le jeu. 



dalinele 17/05/2010 16:19



jusqu'où endosse-t-il les autres personnages? tu nous intrigues..



Benissa 17/05/2010 20:41



JUSQU'AU BOUT !!!!!